Conseils de sécurité

Sécurité

Quartiers de Martissant, Carrefour, Bel Air et Cité Soleil, à Port-au-Prince (voir l’avertissement)

Ces quartiers restent dangereux en raison de la criminalité qui y sévit et de la capacité réduite des autorités locales à y maintenir l’ordre. La sécurité des personnes n’est pas garantie et la présence de la police n’est pas assurée. La police n’est pas en mesure de répondre rapidement aux appels à l’aide dans ces quartiers. Il est fortement déconseillé de sortir après la tombée de la nuit.

Les Canadiens appelés à se rendre dans ces quartiers doivent impérativement prendre les mesures de sécurité qui s’imposent. Assurez-vous que des membres de votre famille, des amis, des collègues, des représentants d’affaires locaux ou des organisations vous attendent et qu’ils sont en mesure de vous accueillir dès votre arrivée à l’aéroport ou à la frontière et de vous guider dans vos déplacements. Comme les conditions de sécurité peuvent changer à tout moment, demandez aux organismes, aux instituts ou aux hôtes qui vous encadrent quelle est la situation dans la région où vous comptez vous rendre.

Criminalité

Le taux de criminalité est élevé et la situation en matière de sécurité est imprévisible. Faites preuve d’une grande vigilance, peu importe où vous vous trouvez dans le pays. La criminalité est présente, surtout dans les grands centres comme le centre-ville de Port-au-Prince, où des gangs armés continuent de sévir. On a signalé des meurtres, des enlèvements, des vols à main armée, des cambriolages et des détournements de voitures, même en plein jour. Ne marchez jamais seul et ne vous déplacez pas après la tombée de la nuit.

Évitez de faire étalage de richesse, en exhibant par exemple des bijoux ou des appareils électroniques coûteux. Les étrangers, y compris les Canadiens, sont considérés comme riches. Agissez avec prudence lorsque de nouvelles connaissances vous offrent leur amitié ou leur hospitalité.

Soyez prudent lorsque vous réclamez vos bagages à l'arrivée à l'aéroport international Toussaint Louverture à Port-au-Prince car des voleurs essaient de détourner l'attention des étrangers afin de voler leur passeport. Gardez vos objets de valeur et vos papiers d’identité sur vous (dans un sac porté sous vos vêtements, par exemple).

Des vols à main armée ont parfois pour cible des voyageurs, particulièrement des étrangers d’origine haïtienne après qu'ils arrivent à l’aéroport international Toussaint Louverture. Dans la majorité des cas, les véhicules des victimes sont suivis par des brigands à motocyclette. Pour réduire le plus possible les risques d’agression, demandez à vos contacts locaux d’organiser votre accueil à l’aéroport, ne gardez sur vous que de petites sommes d’argent et n’opposez pas de résistance si des voleurs vous menacent. Faites preuve d’une extrême vigilance lorsque vous quittez l’aéroport.

De nombreux chefs de gangs et criminels incarcérés au pénitencier civil de Croix-des-Bouquets (situé à l’est de Port-au-Prince) se sont échappés en 2014 et sont encore en liberté.

Faites preuve d'une grande prudence à proximité de la frontière avec la République dominicaine, car on y signale un taux élevé d’activité criminelle.

La population haïtienne en général, sans distinction d’origine sociale, peut être la cible d’enlèvements. Même si cela se produit rarement, des Canadiens et d’autres ressortissants étrangers, dont des missionnaires, des travailleurs humanitaires et des enfants, ont aussi été enlevés. La plupart des victimes d’enlèvement ont été libérées en échange d’une rançon. Dans certains cas exceptionnels, cependant, les victimes ont disparu ou ont été tuées.

Méfiez-vous des petits groupes de flâneurs, surtout à proximité de votre lieu de résidence. Gardez les portes et les fenêtres verrouillées en tout temps. Donnez aux employés de maison la directive de ne laisser entrer que les visiteurs préalablement autorisés et dont l’identité a été vérifiée. Surveillez bien tous les visiteurs.

Lorsque vous circulez en voiture, gardez les vitres montées et les portières verrouillées. On a signalé récemment plusieurs incidents violents sur la route nationale 2, dans la région de Petit-Goâve (Département de l’Ouest) et jusqu’à Miragoâne (Département des Nippes). Des bandes organisées érigent des barrages pour commettre des braquages routiers. Si vous devez vous déplacer dans cette zone, exercez une grande vigilance et suivez les instructions des autorités locales.

Faites preuve de vigilance lorsque vous utilisez un guichet automatique bancaire et ne le faites qu’à l’intérieur d’une banque, pendant les heures de bureau. Il est recommandé de se présenter plutôt à la caisse. Évitez de transporter d’importantes sommes d’argent et soyez sur vos gardes lorsque vous entrez dans une banque ou que vous en sortez, car des criminels pourraient vous observer et tenter de vous voler à la sortie.

Évitez de photographier les gens sans leur permission. Faites attention lorsque vous prenez des photos dans des quartiers pauvres ou en ville, car les gens peuvent se sentir exploités ou insultés lorsqu’on les photographie.

Manifestations

Les manifestations, rassemblements politiques et barrages routiers sont chose courante et ils donnent parfois lieu à des incidents violents, en particulier à Port-au-Prince et sur les grandes routes comme la Route Nationale 2 près de Petit-Goave (Département de l’Ouest). Les déplacements pourraient faire l’objet de restrictions et les services de transport locaux pourraient être perturbés. Demeurez vigilant en tout temps et évitez les manifestations et les grands rassemblements, car ils pourraient soudainement donner lieu à des actes de violence. Surveillez les médias locaux pour connaître les dernières nouvelles. Il est souvent impossible pour les particuliers d’obtenir l’aide des autorités haïtiennes.

Sécurité routière

Les routes sont étroites et mal entretenues. La plupart des véhicules sont en mauvais état. Les rares feux de circulation qui fonctionnent sont concentrés dans les zones urbaines. Les panneaux de signalisation sont rares. Il est déconseillé de conduire la nuit et quand il fait mauvais, même en ville. Les routes sont rarement éclairées, et l’on voit couramment des véhicules circuler tous phares éteints. Il n’est pas rare de voir des véhicules abandonnés sur la route ou en bordure de la route. Plusieurs automobilistes conduisent en état d’ébriété et ne respectent pas le code de la route.

Puisque l’approvisionnement en essence est souvent interrompu, il faut toujours garder le réservoir d’essence au moins à moitié plein.

Les policiers sont peu nombreux et les services d’assistance routière sont rares, Il est donc conseillé d’avoir sur soi un téléphone cellulaire et les numéros de personnes à appeler en cas d’urgence. Il convient toutefois de rappeler que l’accès au réseau cellulaire est intermittent dans certaines zones rurales.

Transports publics

Évitez toute forme de transport public, en particulier les taxis collectifs (les « tap-taps »), et les autobus. Les chauffeurs ne respectent pas toujours le code de la route, leurs véhicules sont parfois en mauvais état ou surchargés, ce qui provoque souvent de graves accidents faisant des blessés et même des morts.

Transport maritime

Les traversiers ont parfois des accidents, car certains d’entre eux sont surchargés et mal entretenus. Évitez de monter à bord d’un bateau qui semble être surchargé ou ne pas être en état de naviguer.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.