Conseils de sécurité

Sécurité

Criminalité

Les crimes mineurs comme les vols à la tire et les vols de sacs à l’arraché sont chose courante dans les grandes villes. Les étrangers sont souvent la cible de voleurs. Agissant en groupe, des voleurs font diversion en simulant une bagarre, en engageant la conversation, en offrant de l’aide, en bloquant un trottoir ou en jetant sur leur cible un objet ou un liquide pendant que des complices se chargent de voler la victime. Soyez sur vos gardes en tout temps. Habillez-vous sobrement, évitez de porter des bijoux et d’avoir d’importantes sommes d’argent sur vous, et gardez les cellulaires, caméras et autres appareils électroniques à l’abri des regards. Ne laissez jamais sans surveillance vos effets personnels, tels que sacs et sacs à dos. Rangez votre passeport et vos objets de valeur en lieu sûr. Ne vous déplacez jamais seul, surtout la nuit.

Il se commet des vols et des agressions dans les lieux touristiques. Redoublez de prudence lorsque vous vous promenez dans des secteurs touristiques de La Paz, comme la rue Sagarnaga, les abords de l’église San Francisco et la rue historique Jaén, ou lorsque vous faites des randonnées pédestres dans les environs de La Paz, à La Muela del Diablo par exemple. Si vous vous rendez près de Rurrenabaque, dans les Andes boliviennes, ainsi qu’à Los Yungas et dans les sentiers incas, joignez-vous à un groupe dans le cadre d’une excursion organisée par une agence de voyages réputée.

Le taux de criminalité est élevé dans les autocars, les taxis et les centres de transport. Faites preuve de vigilance dans les gares d’autocars de La Paz, surtout dans celle qui se trouve près du cimetière et dans la principale gare d’autocars (située sur l’avenue Perú, dans la Zona Norte). Les autorités locales recommandent d’éviter la colline Coronilla, qui est la zone adjacente à la principale gare d’autocars à Cochabamba, étant donné que des agressions y ont été commises. Des crimes violents et des vols à main armée sont aussi perpétrés contre des étrangers à la gare d’autocars et de train de Santa Cruz. Faites preuve de prudence dans les zones réservées aux taxis, particulièrement à Santa Cruz et à La Paz, car des touristes y ont été victimes de vols.

Des bandes organisées commettent des enlèvements éclair : des touristes sont enlevés contre rançon, souvent à bord d’une voiture, et sont dévalisés ou forcés d’utiliser leur carte bancaire pour retirer de l’argent. Ces enlèvements ont lieu un peu partout au pays, mais le plus souvent dans les grandes villes comme La Paz, Santa Cruz et Cochabamba, et sur les routes qui relient ces villes. Il n’est pas conseillé d’emprunter la route menant de Copacabana à Desaguadero après 14 heures. Pour se rendre de Copacabana à La Paz, il est recommandé de choisir un trajet direct en autocar pour éviter une correspondance au poste frontalier de Desaguadero. Au moment d’entrer en Bolivie, redoublez de vigilance à tous les passages frontaliers entre la Bolivie et l’Argentine, le Chili et le Pérou. Des radio-taxis hélés dans la rue ont aussi été impliqués dans des enlèvements éclair. Des criminels se faisant passer pour des touristes proposent au voyageur de partager un transport (habituellement un taxi) qui se dirige ensuite vers un endroit éloigné où le voyageur se fait voler. Ne laissez monter personne dans votre taxi. La prudence s’impose lorsque l’on prend un taxi pour quitter un aéroport ou pour s’y rendre. Pour vos retraits bancaires ou vos opérations de change, utilisez les guichets automatiques bancaires seulement de jour à moins qu’ils soient situés dans des institutions financières ou des hôtels reconnus.

Méfiez-vous des inconnus. Il arrive souvent que des criminels, ayant pour complice un prétendu chauffeur de taxi ou un autre passager, se fassent passer pour des policiers et demandent à fouiller les effets personnels du voyageur ou lui demandent de les accompagner dans un faux poste de police. Un autre stratagème consiste à se faire passer pour un agent de police et à intercepter un voyageur au moment où il interagit avec un complice se faisant lui-même passer pour un touriste et transportant des produits de contrebande tels que des stupéfiants. Le soi-disant policier emmène ensuite le voyageur dans un faux commissariat de police aménagé par des spécialistes de l’escroquerie et saisit ses documents et ses cartes de débit et de crédit. Selon la loi bolivienne, un policier ne peut pas vous obliger à le suivre à moins d’avoir en mains une demande écrite officielle signée par un juge et indiquant votre nom; toute fouille ou saisie doit avoir lieu dans un poste de police authentique en présence d’un procureur. Si vous soupçonnez que vous êtes la cible d’une tentative d’escroquerie, composez le numéro sans frais de la Police du tourisme, le 800 14 0081.

Dans la région du Chapare, entre Santa Cruz et Cochabamba, et dans la région de Los Yungas, au nord est de La Paz, la violence (comme les détournements de véhicules) et les troubles civils, liés principalement au trafic de stupéfiants, exposent les voyageurs à des risques. La présence policière a été intensifiée dans les départements de Santa Cruz, Pando et Beni en raison de la hausse de la criminalité liée aux stupéfiants. La situation est également tendue dans les régions longeant la frontière entre la Bolivie et le Pérou.

Le vol de véhicules et de pièces d’automobiles est un problème partout en Bolivie. Rangez vos objets de valeur dans le coffre arrière et garez-vous si possible dans un stationnement surveillé.

Ne laissez jamais des aliments ou des boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des inconnus. Méfiez-vous des collations, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles pourraient contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

Sécurité des femmes

Il se commet des agressions sexuelles, y compris des viols, notamment dans des boîtes de nuit et des hôtels. Les voyageuses doivent user de prudence dans leurs interactions avec des inconnus ou de nouvelles connaissances. Verrouillez votre porte lorsque vous revenez à votre hôtel ou à votre auberge. Consultez notre publication Voyager au féminin - La sécurité avant tout, qui renferme des conseils à l’intention des voyageuses canadiennes.

Escroqueries

Des Canadiens qui se sont rendus en Bolivie pour une intervention chirurgicale ont signalé avoir été escroqués par l’entreprise médicale, qui a insisté pour garder leur passeport en garantie. Après l’intervention, la compagnie a tenté de leur extorquer des fonds supplémentaires avant de leur rendre leur passeport. Si vous n’êtes plus en possession de votre passeport en raison d’un incident de ce genre, vous pourriez faire l’objet d’une enquête de Passeport Canada et ne bénéficier que de services de passeport limités. Ne remettez jamais votre passeport à qui que ce soit. Faites une recherche minutieuse sur les cliniques si vous envisagez de vous rendre en Bolivie pour obtenir des services médicaux.

Des touristes voyageant en Bolivie ont été victimes d’escrocs lorsqu’ils ont accepté, à la demande d’une connaissance, de rapporter un sac ou un objet dans lequel de la cocaïne avait été dissimulée à leur insu. Dans certains cas, cette escroquerie est perpétrée par l’intermédiaire de sites Web de rencontres : la personne rencontrée sur le Web demande à l’étranger de se rendre en Bolivie sous prétexte d’aller chercher en son nom des effets personnels ou des documents juridiques. Si la police découvre que le sac à dos ou le porte-documents censé contenir ces effets personnels ou ces documents contient de la cocaïne, le citoyen étranger sera arrêté à l’aéroport, puis incarcéré dans une prison bolivienne.

Manifestations

Des manifestations et des grèves ont lieu régulièrement partout en Bolivie, souvent à court préavis, et peuvent dégénérer soudainement en affrontements violents. Les barrages routiers sont chose courante et peuvent entraîner des perturbations importantes de la circulation et des transports en commun. Ils sont particulièrement fréquents sur les routes frontalières, surtout celles qui longent la frontière entre la Bolivie et le Pérou, ainsi que sur les routes menant aux aéroports internationaux. Avant votre départ, vérifiez auprès de votre compagnie aérienne si votre vol a été retardé ou si l’horaire a été modifié.

Si vous comptez prendre la route, assurez-vous que votre itinéraire ne sera pas perturbé par des manifestations ou des troubles civils, prenez des mesures pour assurer votre sécurité personnelle et suivez les bulletins de nouvelles. Étant donné que les barrages routiers peuvent être installés sans préavis et ont déjà isolé des voyageurs pendant plusieurs jours, faites provision de nourriture, d’eau, de médicaments et de vêtements chauds. Une fois qu’un barrage routier est érigé, les autorités locales, les fonctionnaires et les fournisseurs ne peuvent plus entrer dans une ville ni en sortir pour approvisionner les personnes qui y sont restées coincées. Ne franchissez pas les barrages routiers, même s’ils semblent être sans surveillance. Cela peut envenimer la situation et mener à des préjudices physiques. Vous devriez plutôt emprunter une route plus sûre ou rebrousser chemin. Évitez les manifestations et les rassemblements publics et suivez les directives des autorités locales.

Baignade

Informez-vous auprès de la population locale pour savoir où vous pouvez vous baigner sans danger.

Tourisme d’aventure et excursions

Adressez-vous à une entreprise bien établie si vous souhaitez faire des excursions dans le désert de sel d’Uyuni, des expéditions dans la jungle, des croisières, du vélo de montagne et d’autres activités d’aventure. Il n’existe aucune norme officielle de sécurité pour les organisateurs de voyages en Bolivie. Les véhicules ainsi que les petits bateaux utilisés pour les excursions sur les rivières et les lacs ne sont pas toujours dotés de dispositifs de sécurité fiables. Assurez-vous que vos activités récréatives sont couvertes par votre assurance voyage. Si vous avez le moindre doute quant à la sécurité des installations ou du matériel, abstenez-vous de les utiliser.

Les cérémonies de purification spirituelle et d’ayahuasca qu’offrent des chamans ou d’autres personnes impliquent la consommation de substances susceptibles d’entraîner des complications médicales et de porter gravement atteinte à vos capacités cognitives et physiques. En outre, ces cérémonies ont souvent lieu dans des régions reculées sans accès à des installations médicales. Ces activités ne sont pas réglementées, et il n’existe aucun moyen d’évaluer la sécurité des services et la fiabilité des organisateurs et des chamans.

Randonnées pédestres

Faites preuve de vigilance lorsque vous faites des randonnées pédestres dans les environs de La Paz, comme à la Muela del Diablo, près de Rurrenabaque, dans les Andes boliviennes, à Los Yungas et dans les sentiers incas, car il est arrivé que des criminels s’en prennent à des touristes. Assurez-vous d’avoir une assurance voyage adéquate en cas d’urgence médicale.

Si vous comptez faire une randonnée en montagne : 

  • ne partez jamais seul et demeurez toujours sur le sentier désigné;
  • engagez toujours un guide expérimenté travaillant pour une entreprise de bonne réputation;
  • assurez-vous d’être en excellente forme physique;
  • informez un membre de votre famille ou un ami de votre itinéraire;
  • inscrivez-vous aux registres des parcs nationaux lorsque vous y entrez;
  • sachez reconnaître les symptômes du mal aigu des montagnes (qui peut être mortel) et prévoyez des vêtements adaptés aux écarts de température entre le jour et la nuit;
  • inscrivez-vous auprès de l’ambassade du Canada en Bolivie;
  • informez-vous bien sur les sentiers de randonnée avant de partir.

La Bolivie n’offre pas de services de sauvetage en montagne.

Sécurité routière

L’état des routes et la sécurité routière en Bolivie laissent beaucoup à désirer. La majorité des conducteurs n’ont pas reçu de formation officielle et font généralement fi du Code de la route. Le piètre entretien des véhicules, la conduite de nuit à vitesse excessive tous phares éteints, l’alcool au volant, le peu de signalisation routière, les chantiers incessants et mal indiqués, les nids de poule et les mauvaises conditions météorologiques (qui entraînent des glissements de terrain) peuvent aussi rendre périlleux les déplacements par la route. La vieille route des Yungas est considérée comme l’une des routes les plus dangereuses au monde.

Bien que les autoroutes reliant les principales agglomérations (Cochabamba, La Paz, Santa Cruz et Sucre) se soient améliorées, de nombreuses routes en Bolivie ne sont pas asphaltées et sont en piètre état. Il est recommandé d’utiliser un véhicule à quatre roues motrices pour se déplacer à l’extérieur des grandes villes, surtout en terrain montagneux. Évitez de conduire la nuit, car les mauvaises habitudes de conduite et le manque d’éclairage aggravent le danger.

Les barrages routiers sont fréquents partout en Bolivie et peuvent perturber passablement les transports, même dans les régions reculées. Pour plus de détails sur les routes à éviter, veuillez consulter le site (en espagnol) de l’Administration bolivienne des autoroutes (en espagnol). 

Transports publics

Les transports en commun ne sont pas sûrs, qu’il s’agisse d’autobus, de trains ou de taxis et minibus collectifs. Les taxis sont généralement mal entretenus. Les autobus locaux et interurbains sont souvent impliqués dans des accidents de la route, en particulier la nuit. Des touristes ont perdu la vie ou ont été blessés dans des accidents mettant en cause des autocars de piètre réputation et mal entretenus. Pour les excursions, n’utilisez que les autocars d’entreprises reconnues. Si vous avez le moindre doute quant à la sécurité au sujet d’un autocar ou de son chauffeur, adressez-vous à une autre entreprise.

Évitez de héler des taxis dans la rue et n’acceptez pas les offres de personnes qui vous proposent de vous véhiculer à bas prix. Il est recommandé d’appeler des compagnies de radio-taxi inscrites auprès des autorités, à partir d’un téléphone fixe ou d’un hôtel. Notez le numéro de téléphone et d’homologation du taxi avant de partir. On reconnaît les radio-taxis à leur numéro de téléphone et au nom de leur compagnie inscrits sur le toit du véhicule. Les taxis inscrits au registre de la mairie doivent avoir un autocollant jaune sur l’une des vitres. Ce type de taxi ne devrait pas laisser monter d’autres passagers. Évitez de recourir aux taxis-vélomoteurs.

Lac Titicaca

Des disputes entre des communautés locales de l’Isla del Sol dans le lac Titicaca ont occasionné des perturbations aux services de transport le long de la route populaire touristique entre Copacabana et Isla del Sol. Si vous planifiez un voyage à Isla del Sol, assurez-vous d’être proprement approvisionné en eau et nourriture et attendez-vous à des délais importants.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.