Conseils de sécurité

Sécurité

Groupes armés illégaux (voir l'avertissement)

La présence de narcotrafiquants armés, de groupes armés illégaux, dont l’Armée de libération nationale (ELN), et d’autres groupes criminels comme GAO (Grupos Armados Organizados) représente un risque important pour les voyageurs dans certains secteurs (voir les Avertissements). Ces groupes se livrent à des activités terroristes et commettent des attaques armées, des extorsions, des enlèvements et des attentats à la bombe et causent des dommages aux infrastructures, activités qui font souvent des morts et des blessés. Des incidents violents peuvent se produire soudainement et l’on court de grands risques de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Soyez très prudent en tout temps, faites preuve d’une grande vigilance et demeurez attentif à ce qui se passe autour de vous.

Des groupes armés illégaux continuent d’utiliser des mines terrestres. Il est fréquent que les secteurs minés ne fassent l’objet d’aucune signalisation. Par conséquent, demeurez sur des routes et des sentiers très empruntés lorsque vous vous rendez dans des endroits éloignés.  

Pendant des décennies, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont constitué une menace importante pour la sécurité en Colombie. Le 23 juin 2016, le gouvernement de la Colombie et les FARC ont signé un accord de cessez-le-feu bilatéral, et le 30 novembre 2016, le Congrès a ratifié un accord de paix complet et définitif. Le processus de démobilisation et de désarmement est en cours, et seulement un petit nombre de groupes des FARC ne se sont pas démobilisés en vertu de l’accord et représentent donc encore une menace.

Terrorisme

Il existe une menace de terrorisme intérieur. Les attentats peuvent cibler les véhicules et les installations des forces armées et des forces policières et les espaces publics. Soyez toujours vigilant. Tenez-vous à l’écart de tout paquet ou colis laissé à l’abandon et signalez-les au personnel de sécurité. Suivez les consignes des autorités locales et consultez les médias locaux pour rester au courant de la situation.

 Des groupes armés illégaux, comme l’Armée de libération nationale (ELN) et des groupes criminels, lancent de violentes attaques dans toute la Colombie, y compris à Bogotá. Des pourparlers de paix entre le gouvernement de la Colombie et l’ELN ont débuté en janvier 2017, mais aucun accord de cessez-le-feu n’est en place.

Criminalité

Bien qu’on note des améliorations importantes en ce qui concerne les conditions de sécurité en Colombie, la criminalité sévit encore partout dans le pays. La criminalité de rue (vols à la tire, vols de sac à l’arraché, agressions et vols) reste omniprésente, surtout dans les grandes villes comme Bogotá, Cali, Medellín et Santa Marta. Des vols et des agressions, parfois commis avec violence, se produisent même dans les zones plus sûres des villes colombiennes. Les armes à feu sont très courantes en Colombie, et il se commet des vols à main armée dans les rues, les autobus et les taxis.

Faites preuve de vigilance, soyez toujours aux aguets et évitez de vous déplacer seul après la tombée de la nuit. Habillez-vous modestement, évitez de porter des bijoux ou des montres et gardez à l’abri des regards vos téléphones cellulaires, appareils photo et autres appareils électroniques. N’ayez sur vous que de petites sommes d’argent et évitez de vous servir de votre cellulaire dans la rue. Utilisez les guichets automatiques bancaires situés à l’intérieur des banques, des centres commerciaux et autres endroits publics, seulement pendant les heures ouvrables.

Si possible, laissez votre passeport et tout autre document de voyage dans un coffre-fort verrouillé à l’hôtel, mais ayez toujours sur vous une photocopie de ces documents, car les autorités locales procèdent souvent à des contrôles d’identité. À bord des autobus de nuit, gardez vos bagages sur vous. Ne les laissez pas par terre (ni dans le compartiment supérieur), car on pourrait vous les voler pendant votre sommeil. Il est conseillé de loger dans des établissements fiables dotés d’un bon système de sécurité.

Lorsque vous circulez en voiture, placez tous vos effets personnels sous votre siège, et gardez en tout temps les portes verrouillées et les vitres levées. Ayez un téléphone cellulaire sur vous et garez votre voiture dans un parc de stationnement surveillé lorsque vous êtes en ville.

Il arrive que des voleurs se faisant passer pour des policiers abordent des étrangers sous prétexte de vérifier leurs documents ou leurs devises étrangères. Si l’on vous approche, ne donnez pas votre argent ni vos documents (à moins que vous ne vous sentiez en danger— auquel cas, n’opposez pas de résistance) et proposez de vous rendre d’abord à votre hôtel ou dans un autre endroit public pour plus de sûreté.

 À Bogotá, beaucoup de vols sont commis dans les quartiers de Ciudad Bolivar, d’El Codito (entre les calles [rues] 174 et 182, de la Carrera 7 à la Carrera 1 et dans les collines du nord-est, de la calle 182 à la calle 200), de Kennedy et de Soacha; dans le cerro de Monserrate et ses environs ainsi que dans le centre-ville de Candelaria et les quartiers environnants. Vous devriez éviter ces zones après la tombée de la nuit, à moins de vous faire accompagner par un guide ou un chauffeur personnel.

À Medellín, des vols se produisent souvent dans le centre-ville et les zones qui ne sont pas desservies par le métro. Évitez le Metrocable. Essayez d’arriver de jour à l’aéroport international José María Córdova de Medellín de manière à éviter d’emprunter après le coucher du soleil la route allant de l’aéroport à la ville. À Cali, il est conseillé de rester dans la zone hôtelière et dans le sud de la ville. Des crimes violents ont été commis récemment, même dans les quartiers aisés ainsi que dans les centres commerciaux.

Les crimes violents visant des touristes sont bien moins nombreux dans les centres de villégiature de l’île de San Andrés, de l’île de Providencia, de Cartagena, des îles Rosario, de l’île de Baru, dans les centres situés sur l’Amazone, près de Leticia et dans la zone productrice de café appelée Eje Cafetero (Caldas, Quindío et Risaralda). Des agressions contre des touristes ont eu lieu sur les plages de Taganga, près de Santa Marta. Sachez toutefois que ces endroits sont tous situés dans des départements où l’on vous conseille d’exercer une très grande prudence.

Les voyageurs d’affaires et les entreprises canadiennes qui souhaitent s’établir en Colombie devraient prendre des mesures de sécurité accrues pour protéger leur personnel et leurs installations. Choisissez des logements bien sécurisés et des bureaux situés dans des édifices modernes. Communiquez avec la section commerciale de l’ambassade du Canada à Bogotá pour de plus amples renseignements et pour obtenir des conseils.

Scopolamine

La scopolamine est une drogue qui immobilise temporairement des victimes sans méfiance; elles deviennent rapidement désorientées et vulnérables à la criminalité. Des drogues comme la scopolamine peuvent être soufflées au visage des victimes dans la rue. Faites preuve d’une extrême prudence en présence d’inconnus qui vous offrent des brochures, cherchent une adresse ou un endroit, vous demandent des renseignements ou veulent vous vendre des parfums.

Ne vous aventurez pas dans les bars sans vous faire accompagner. Ne laissez jamais des aliments ou des boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des inconnus. Méfiez-vous des collations, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles peuvent contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

Sécurité des femmes

Les femmes qui voyagent seules peuvent subir certaines formes de harcèlement et de violence verbale. Consultez le guide Voyager au féminin – La sécurité avant tout qui renferme des conseils à l’intention des voyageuses canadiennes.  

Enlèvements

Il y a un risque d’enlèvement contre rançon en Colombie. Bien que les Colombiens soient les premiers visés par ce type d’enlèvement, les groupes armés illégaux peuvent, dans toutes les régions du pays, prendre pour cible des étrangers, en particulier ceux qui travaillent ou que l’on soupçonne de travailler pour une société pétrolière ou minière.

Les enlèvements éclair sont fréquents et se produisent souvent dans les quartiers aisés ainsi que dans les zones touristiques. Le plus souvent, la victime est enlevée dans la rue ou dans un taxi qu’elle a hélé dans la rue, puis on la force à retirer de l’argent à partir d’un guichet automatique bancaire. Il arrive que les malfaiteurs détiennent leur victime toute la nuit et lui fassent effectuer un deuxième retrait le lendemain. Certaines victimes d’enlèvement subissent des agressions sexuelles. Celles qui refusent de coopérer peuvent être blessées ou tuées. Ne hélez pas de taxi dans la rue. Si des criminels armés vous menacent, gardez votre calme et ne leur opposez pas de résistance.

Activités de loisir

Si vous envisagez de faire de l’écotourisme ou de visiter des sites archéologiques, préparez votre itinéraire avant d’arriver en Colombie. Assurez-vous que les activités choisies sont couvertes par votre assurance voyage et que l’équipement sportif et aquatique est sécuritaire et en bon état. De nombreux exploitants n’effectuent pas de vérifications de sécurité à intervalles réguliers. Consultez le site Web du Ministère du Tourisme (en espagnol) pour obtenir une liste des services touristiques accrédités par les autorités locales.

Ne pratiquez pas seul des sports extrêmes. Informez-vous des symptômes du mal aigu des montagnes, qui peut s’avérer mortel. Inscrivez-vous au service Inscription des Canadiens à l’étranger et souscrivez une assurance voyage qui couvre le sauvetage par hélicoptère et l’évacuation médicale.

Manifestations

D’importantes grèves et manifestations ont lieu régulièrement partout dans le pays, surtout dans les grandes villes, et elles peuvent perturber les services de transport. Des chauffeurs de taxi continuent de manifester contre le service de partage de transport Uber, ce qui peut perturber la circulation à Bogotá et dans d’autres grandes villes du pays. Tenez-vous loin des grands rassemblements et des manifestations, car ils peuvent soudainement donner lieu à des actes de violence. Suivez les conseils des autorités locales et surveillez les médias locaux.

Il est interdit aux Canadiens qui entrent en Colombie au moyen d’un visa de prendre part à des activités à caractère politique, à des rassemblements ou à des manifestations. La participation à des activités politiques peut entraîner l’expulsion.

Sécurité routière

Les déplacements par la route en Colombie, y compris à Bogotá, peuvent être dangereux. La plupart des routes sont en mauvais état et les panneaux de signalisation sont peu visibles. La police n’applique pas le Code de la route, les conducteurs sont souvent distraits, ne tiennent pas compte du contrôle de la circulation et peuvent se montrer agressifs. Les motocyclettes sont omniprésentes et elles sont souvent impliquées dans des accidents de la circulation. Les piétons n’ont pas la priorité de passage, même aux panneaux d’arrêt.

Ne vous déplacez par la route qu’en plein jour et n’empruntez que les axes principaux. Sachez que les autorités locales peuvent vous refuser l’accès à certaines zones en raison de menaces imminentes à la sécurité. Les points de contrôle militaires en dehors des villes sont courants.

Les chauffeurs et les agriculteurs déclenchent souvent des grèves, et les barrages routiers qui en résultent peuvent perturber passablement les déplacements sur les grands axes. Si vous comptez vous déplacer par voie terrestre en Colombie, informez-vous auprès des médias locaux et suivez les instructions des autorités locales. Pour des conseils à jour sur les fermetures de routes, consultez le service d’information de la police colombienne des autoroutes (en espagnol seulement), en composant le 767 (à partir d’un téléphone cellulaire).

Il est impossible de passer de la Colombie au Panama par voie terrestre, car l’autoroute panaméricaine est interrompue par une épaisse forêt montagneuse, appelée le « bouchon de Darién » (Tapón del Darién). Les véhicules doivent être transportés par bateau de Cartagena, en Colombie à Colón, au Panama.

Ne faites jamais d’auto-stop en Colombie.

Frontière avec l’Équateur

Le poste frontalier du pont international de Rumichaca, situé entre Ipiales (en Colombie) et Tulcán (en Équateur), est fermé entre 22 h et 6 h, et les temps d’attente peuvent varier. Prévoyez donc suffisamment de temps pour les formalités de passage.

Transports publics

Les transports en commun ne sont pas sûrs en Colombie. Les autobus urbains et ruraux sont souvent ciblés par des voleurs. Dans les régions rurales, les autobus sont souvent interceptés par des groupes armés illégaux.

Ne hélez pas un taxi dans la rue, car des enlèvements éclair et des agressions se produisent souvent dans des taxis sans permis. Réservez plutôt votre taxi à partir de votre hôtel ou auprès d’une centrale de taxis autorisés et contrôlés, et notez le numéro de la plaque d’immatriculation. Il existe des applications pour téléphone intelligent qui vous permettent d’appeler un taxi fiable surveillé par GPS. Dans de nombreux restaurants et magasins, on peut appeler un taxi pour vous. Si vous devez absolument héler un taxi dans la rue, évitez les véhicules sans plaque d’immatriculation et ne montez pas dans un taxi ayant déjà un passager à son bord. Notez le numéro de la plaque d’immatriculation et le nom du chauffeur, et transmettez cette information à quelqu’un de votre famille ou à un ami, si possible.

À l’aéroport international El Dorado de Bogotá, seuls les taxis autorisés peuvent accéder aux aérogares pour y prendre des passagers. Consultez le site Web de l’aéroport pour des recommandations sur les services de transport. Il est conseillé d’organiser à l’avance avec votre agence de voyages ou votre hôtel votre transport depuis l’aéroport.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.

Le 20 septembre 2017, les employés de la ligne aérienne nationale de la Colombie (Avianca) ont entamé une grève de durée indéterminée qui cause des perturbations des vols intérieurs et internationaux. La ligne aérienne a suspendu la vente des billets d'avion pour pendant la période de grève. Vérifiez vos plans de voyage avec le transporteur et surveillez les médias locaux pour les dernières nouvelles.