VACCINS ET CONSEILS DE VOYAGE POUR LE BÉNIN

Clinique Voyageur Benin
Vaccins et conseils de voyage pour Bénin
 
Bénin
Assez méconnu des touristes, le Bénin n’en demeure pas moins une destination attrayante, autant pour ses richesses culturelles, artistiques et naturelles. Les lagunes, les plages au sud et les parcs animaliers au nord feront le bonheur des amoureux de la nature et du plein air. Ses traditions variées et son innombrable patrimoine culturel, de leur côté, enchanteront les passionnés de la culture. Cela peut vous paraître bizarre, mais l’excision, le culte des ancêtres et le culte vaudou y sont encore pratiqués. Le Bénin, c’est également un pays d’art riche en couleurs. Rien d’étonnant qu’il est surnommé le Quartier Latin de l’Afrique. Il faut souligner que le climat y est chaud et humide. Le meilleur moment pour explorer cette destination est entre décembre et mars.

DE QUELS VACCINS AI-JE BESOIN POUR LE BÉNIN EN 2021 ?

Le gouvernement du Canada et les CDC recommandent les vaccins suivants pour voyager au Bénin 2021 : Diarrhée du voyageur,  Fièvre TyphoïdeHépatite AHépatite BCholéra, rageFièvre Jaune, MéningitesGrippe, COVID-19.

CONSEIL DE SANTÉ POUR VOYAGER AU BÉNIN

NOTE : Nous faisons tous les efforts possibles pour que les informations présentes sur notre site soient à jour et concordent avec les dernières recommandations de l’agence de santé publique; cependant, il nous est impossible d’apporter ces changements chaque jour.

Pour connaitre les dernières recommandations en matière de santé-voyage les plus récentes, veuillez prendre rendez-vous auprès de notre clinique pour rencontrer l’un de nos professionnels de la santé voyage.

BÉNIN – VACCINS RECOMMANDÉS

Fièvre TyphoïdeConseillé pour tous les voyageurs.
Hépatite AConseillé pour tous les voyageurs.
Hépatite BConseillé pour tous les voyageurs.
Tétanos – Diphtérie – Coqueluche

Tétanos: Dans des circonstances exceptionnelles (ex. : séjour dans une région où l’accès aux soins de santé est limité), pour une personne âgée de 18 ans ou plus, 1 dose du vaccin dT peut être donnée si 5 ans ou plus se sont écoulés depuis la dernière dose.
Sinon, une dose de rappel à l’âge de 50 ans*.

Coqueluche: 1 dose à toute femme enceinte, à chaque grossesse, peu importe ses antécédents vaccinaux et l’intervalle depuis la dernière dose (entre la semaine 26 et 32 de grossesse).

*En vigueur au Québec seulement.

PoliomyéliteUne dose de booster est conseillée pour les voyageurs adultes ayant reçu la série de vaccins enfant, mais jamais le vaccin adulte (après l’âge de 18 ans seulement).
Rougeole – Rubéole – Oreillons

2 doses conseillées à tous les voyageurs nés après 1970, si ces doses n’ont jamais été administrées.

MéningiteRecommandée pour tous les voyageurs durant la/les saison(s) sèche(s). Envisager l’immunisation pour des groupes particuliers ou les itinéraires hors saison sèche.
Influenza – GrippeLa grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l’hémisphère Nord, d’avril à octobre dans l’hémisphère Sud et elle dure toute l’année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d’une personne à l’autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Le vaccin est recommandé au moins 14 jours avant le départ.
Vaccins de routine (dCaT, Polio, Méningite, Zona, Pneumocoque, Hépatite B, VPH, RRO & Varicelle)Recommandé pour tous les voyageurs.
Fièvre Africaine à TiquesPrésence. Les voyageurs doivent se protéger contre les tiques.
RageLes voyageurs ayant un grand risque d’une morsure d’animal ou d’effectuer des activités avec des chauve-souris, des chiens ou autres mammifères devraient recevoir le vaccin ainsi que ceux qui planifient visiter des régions éloignées. À noter que le vaccin contre la rage doit être administré en 2 doses à une semaine d’intervalle. La vaccination post-exposition est toujours recommandé même pour les gens ayant reçu des vaccins en pré-exposition.
CholéraRecommandé pour les voyageurs allant dans des zones de transmission active, ce qui n’est pas le cas pour la majorité des voyageurs.
SchistosomiaseÉviter la baignade en eau douce.
Fièvre jaune

Une preuve de vaccination contre la fièvre jaune peut être exigée à l’entrée au pays.

Certaines personnes pourraient ne pas être éligibles pour recevoir ce vaccin. Veuillez vous informer auprès de votre professionnel de la santé afin de connaitre vos options.
À noter que le vaccin contre la fièvre jaune devrait être administré au moins 10 jours avant le départ.

Pour plus amples informations, vous pouvez consulter le site de l’Organisation Mondiale de la Santé: https://www.who.int/ith/ith-country-list.pdf (en anglais seulement)

Vous pouvez également consulter en français le site de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ): https://www.inspq.qc.ca/sante-voyage/guide/pays

Diarrhée du Voyageur (ETEC)Parler à votre professionnel de la santé à propos des risques et des précautions à prendre ainsi qu’à propos du vaccin Dukoral®. À noter que le vaccin Dukoral est administré par la bouche en deux doses au moins 2 semaines avant la date de départ.
Malaria (Paludisme)La malaria est présente dans ce pays. Le risque peut être relié à une région spécifique. Des mesures de prévention doivent être discutées avec un professionnel de la santé.
Fièvre Dengue, Chikungunya et/ou ZikaCertaines maladies peuvent être transmises par les piqûres de moustiques pour lesquelles il n’existe pas de vaccins. Il est important de vous informer auprès de votre professionnel de la santé afin de connaitre votre risque spécifique ainsi que les différentes maladies présentement en circulation.

MÉDICAMENTS RECOMMANDÉS POUR VOYAGER AU BÉNIN

Médicaments Antimalaria RecommandésMalarone, Doxycycline ou Mefloquine.
Antibiotiques Diarrhée du Voyageur / TuristaAzithromycine ou Suprax.

SOINS MÉDICAUX AU BÉNIN

À l’instar des pays d’Afrique occidentale, l’accès aux soins au Bénin est très précaire. Manque de professionnels, équipements rudimentaires, personnel médical fortement corrompu, pénurie de médicaments de base, voilà quelques exemples des problématiques médicales qui ravagent ce pays. Il reste dans une impasse totale en matière de système sanitaire. On compte 20 hôpitaux publics, un hôpital universitaire à Cotonou, des cliniques privées et des cabinets médicaux au Bénin. Parmi les centres hospitaliers les plus modernes, le Centre National Hospitalier Universitaire (CNHU) se hisse à la tête de la liste. Situé au cœur de Cotonou, il propose différents services spécialisés.

Lors de votre voyage au Bénin, munissez-vous d’une trousse à pharmacie pour prévoir les accidents ou les maladies, car beaucoup de médicaments sont difficiles à trouver dans ce pays. En cas d’urgence, appelez le SAMU (Service d’Aide Médicale Urgence) au 30 46 52.

SÉCURITÉ À L’ÉTRANGER

Postes frontalier

Lire la suite »

SERVICES D’URGENCE AU BÉNIN

Voici les numéros à composer en cas d’urgence :

  • Police : 117;
  • Assistance médicale : +229 21 30 17 69 ou +229 21 30 06 56;
  • Pompiers : 118.

AVERTISSEMENTS

Bénin – Faites preuve d’une grande prudence au Bénin en raison de la criminalité. Le nord de la route nationale 7 – Évitez tout voyage non essentiel au nord de l’autoroute nationale 7 en raison de la menace terroriste, du banditisme et du risque d’enlèvement. Situation en matière de sécurité. Parc national du W et les zones le long des frontières avec le …

Lire la suite »

MALADIES D’ORIGINE ALIMENTAIRE ET HYDRIQUE

Les personnes voyageant à l’étranger peuvent développer la diarrhée du voyageur à partir d’eau ou d’aliments contaminés. 

Dans certaines régions de l’Afrique de l’Ouest, l’eau et les aliments peuvent aussi être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, l’hépatite A et la schistosomiase. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Afrique de l’Ouest. Rappelez-vous : N’ingérez rien qui n’ait été bouilli, cuit ou pelé!

Risque

Le choléra est un risque dans certaines régions du pays. Le risque est faible pour la plupart des voyageurs. 

Pour se protéger contre le choléra, tous les voyageurs devraient prendre des précautions pour s’assurer de la salubrité des aliments et de l’eau.

Les voyageurs les plus à risque d’attraper le choléra font partie de ceux qui vont :

  • visiter, travailler ou vivre dans des zones où l’accès à une nourriture saine, à l’eau et à des installations sanitaires adéquates est limité
  • visiter les zones où il y a des éclosions de choléra

La vaccination peut être recommandée pour les voyageurs à risque élevé et devrait être discutée avec un professionnel de la santé.

  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d’eau ou d’aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d’hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.

La schistosomiase peut se transmettre aux humains par contact avec de l’eau douce contaminée par les douves (minuscules vers plats). Les œufs de vers peuvent provoquer des maladies intestinales comme la diarrhée et des crampes ou des problèmes urinaires. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Évitez de nager dans les eaux douces (lacs, rivières, étangs). Il n’existe aucun vaccin contre la schistosomiase.

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne transmise par l’eau ou d’aliments contaminés. Le risque est plus élevé pour les enfants, les voyageurs allant vers les zones rurales, visiter des amis et parent ou pendant une longue période de temps. 

Les voyageurs visitant des régions à risque de fièvre typhoïde, surtout ceux exposés à des endroits avec mauvaises conditions d’hygiène devraient parler à un professionnel de la santé de vaccination.

INSECTES ET MALADIES

Dans certaines régions de l’Afrique de l’Ouest, certains insectes sont porteurs de maladies comme la chikungunya, la dengue, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, la fièvre de la vallée du Rift, la fièvre jaune, la filariose lymphatique, la leishmaniose, l’onchocercose (cécité des rivières), le paludisme, la trypanosomiase africaine (maladie du sommeil), le virus du Nil occidental et le virus Zika.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d’insectes.

Il y a présentement un risque de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est un virus transmis par la piqûre d’un moustique infecté. Le chikungunya peut provoquer une maladie virale qui provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Dans certains cas, la douleur articulaire peut être sévère et durer des mois ou des années.

Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en tout temps. Il n’existe aucun vaccin contre le chikungunya.

  • Dans ce pays, la dengue peut se manifester de façon sporadique. C’est une maladie virale transmise aux humains par les piqûres de moustiques.
  • La dengue peut causer des symptômes grippaux graves. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre hémorragique, qui peut être mortelle.
  • Le niveau de risque de contracter la dengue change selon les saisons et varie d’une année à l’autre. Après une baisse des cas déclarés de dengue dans le monde en 2017 et 2018, les chiffres ont encore fortement augmenté.
  • Les moustiques porteurs de la dengue piquent habituellement pendant le jour, particulièrement autour du lever et du coucher du soleil.
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques. Il n’y a pas de vaccin ou de médicament qui protège contre la dengue.

PALUDISME

  • Il y a un risque de paludisme tout au long de l’année dans l’ensemble du pays.  
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d’un moustique infecté.  Il n’existe aucun vaccin contre le paludisme. 
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également traiter vos vêtements et affaires de voyage à l’insecticide et dormir sous une moustiquaire traitée à l’insecticide.
  • Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour discuter de la possibilité de prendre des antipaludéens et déterminer lesquels sont indiqués.

ANIMAUX ET MALADIES

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telles que l’Ebola, la grippe aviaire, la fièvre de Lassa, ou la rage, sévissent dans certaines régions en Afrique de l’Ouest, et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.

La fièvre de Lassa est un risque dans ce pays.

La fièvre de Lassa est causée par un virus porté par des rongeurs. Les humains tombent malades lorsqu’ils inhalent ou entrent en contact étroit avec les excréments, la salive, ou l’urine de rongeurs infectés ou le sang ou les fluides corporels d’humains infectés.

Le camping, les travaux forestiers ou d’autres activités de plein air peuvent exposer les voyageurs à un risque plus élevé.

Le virus Lassa peut être très grave. Éviter les rongeurs et les zones infestées de rongeurs.

INFECTIONS DE PERSONNE À PERSONNE

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N’oubliez pas de vous laver les mains souvent et d’observer les règles d’hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d’éviter de contracter le rhume, la grippe ou d’autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.

La tuberculose est une infection causée par une bactérie qui touche habituellement les poumons.

Pour la plupart des voyageurs, le risque de contracter la tuberculose est faible.

Les voyageurs qui pourraient courir un plus grand risque de contracter la tuberculose et qui doivent se rendre dans une région où il existe un risque de tuberculose devraient consulter un professionnel de la santé afin de déterminer quelles sont les mesures à prendre avant et après leur voyage.

Les personnes qui pourraient courir un plus grand risque sont celles qui se rendent ou qui travaillent dans une prison, un camp de réfugiés, un refuge pour sans-abris ou un hôpital, ou les voyageurs qui rendent visite à des amis ou à des membres de leur famille.

Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) s’attaque au système immunitaire de l’organisme et l’affaiblit et donne lieu à une maladie chronique progressive appelée le SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise).

Parmi les activités à risque élevé, on compte toutes celles où vous êtes en contact avec du sang ou des liquides organiques, c’est-à-dire des rapports sexuels non protégés, l’exposition à des seringues non stérilisées pour la prise de médicaments ou d’autres substances (par exemple, stéroïdes ou drogues) ou l’exposition à des aiguilles non stérilisées pour le tatouage, le perçage corporel ou l’acupuncture.

SERVICES MÉDICAUX ET INSTALLATIONS MÉDICALES

Les établissements de santé sont adéquats à Cotonou, mais l’approvisionnement en médicaments est limité dans l’ensemble du pays.

Souscrivez une assurance voyage qui couvre les frais d’hospitalisation à l’étranger et l’évacuation médicale.

La santé et la sécurité en voyage

À RETENIR…

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.