Conseils de sécurité

Sécurité

Criminalité

Les crimes violents comme les homicides, les vols à main armée, les détournements de voiture, les viols et les enlèvements constituent un grave problème dans l’ensemble du pays et connaissent une hausse marquée. Cette hausse de la criminalité s’explique en partie par la présence de gangs criminels organisés. La culture des gangs s’est répandue dans une grande partie du pays; toutefois, le problème est plus critique dans les centres urbains, en particulier dans l’agglomération de San Salvador. Les crimes habituellement commis par les gangs de rue organisés (les maras) sont l’extorsion, les vols avec agression, les agressions sur les grandes routes, les cambriolages et les vols de voitures.

Bien que la violence des gangs vise rarement les étrangers, des touristes sont parfois victimes d’agressions violentes. Faites preuve d’une grande vigilance et soyez sur vos gardes en tout temps. La discrétion est recommandée, et les voyages en solitaire sont à éviter, surtout pour les femmes. Les agressions sexuelles constituent un grave problème. Tenez pour acquis que de nombreux Salvadoriens sont armés. Les fusillades en public sont courantes.

Le Salvador est l’un des pays du monde où le taux d’homicides est le plus élevé. Les homicides sont fréquents à bord des autobus, sur les routes, les terrains de soccer et les fermes, ainsi que dans les résidences privées. Les départements de La Libertad, de La Paz, de La Union, de Santa Ana, de San Miguel, de San Salvador, de San Vicente et de Sonsonate affichent les taux d’homicides les plus élevés au Salvador.

Des vols à main armée (commis au moyen de pistolets, de couteaux et d’autres armes dangereuses) se produisent souvent dans les transports en commun et dans les secteurs touristiques, y compris les parcs nationals et les sites pittoresques, et constituent le principal danger pour les étrangers. Il arrive souvent que les passagers des autobus soient volés durant le trajet, à des barrages routiers et aux arrêts d’autobus. Les arrêts d’autobus situés sur la rue Alameda Roosevelt et dans le secteur entourant la place del Mundo à San Salvador sont particulièrement dangereux, surtout les jours de semaine entre 16 h et 23 h. Veuillez noter que l’ambassade du Canada au Salvador est située dans ce secteur.

La majorité des victimes sont des femmes. Évitez tous les moyens de transport en commun. Si des criminels armés vous menacent, restez calme et coopérez avec eux. Ne résistez pas, car les membres de gangs sont prompts à user de violence. Évitez les contacts visuels avec votre agresseur.

Les crimes mineurs, dont les vols de sac à l’arraché et le vol à la tire, sont monnaie courante. Évitez de faire étalage de richesse en public, particulièrement lorsque vous atterrissez à l’aéroport international de San Salvador, étant donné que les touristes qui ont l’air riches sont plus susceptibles d’être ciblés par les criminels. Assurez-vous que vos effets personnels, passeports et autres documents de voyage sont en sécurité en tout temps dans le coffre-fort de votre chambre d’hôtel ou dans un coffret de sûreté de l’hôtel. Ne gardez sur vous qu’une copie de la page d’identification de votre passeport et l’argent qu’il vous faut pour la journée. Évitez de vous promener après la tombée de la nuit, y compris à San Salvador, la capitale. Voyagez en groupe si possible. Exercez une vigilance et une prudence de tous les instants.

Faites preuve de discrétion surtout lorsque vous utilisez un guichet automatique bancaire (GAB). Choisissez un guichet qui se trouve dans un secteur contrôlé, par exemple, dans une banque ou un hôtel, et soyez sur vos gardes pendant que vous faites votre transaction. Il arrive que des criminels observent et suivent des personnes qui ont fait des retraits pour ensuite les voler. Par ailleurs, le clonage de carte de crédit est à la hausse.

Des enlèvements éclair commis par des motocyclistes armés (moto ratas) peuvent se produire de jour comme de nuit. En général, les victimes sont choisies en fonction de leur richesse présumée (notamment si elles voyagent dans des véhicules récents) dans des endroits comme des centres commerciaux, des stations-service, des restaurants, des boîtes de nuit, des banques et des stationnements. Un ou deux voleurs à bord de motocyclettes suivent leur victime pour l’intercepter à la pointe d’une arme à feu. Dans la plupart des cas, la victime est emmenée à un guichet automatique bancaire, puis forcée de retirer de l’argent.

Des détournements de voitures peuvent aussi se produire. On signale parfois le cas de criminels armés qui suivent des voyageurs venant de l’aéroport et se rendant à des résidences privées ou circulant sur des tronçons de route isolés pour les agresser ou les voler. Il arrive que les criminels deviennent violents et fassent feu sur leurs victimes si celles-ci ne coopèrent pas immédiatement.

Les menaces d’extorsion à l’endroit de particuliers et de commerces sont souvent le fait de membres de gangs. Ceux-ci n’hésitent pas à tuer s’ils n’obtiennent pas l’argent qu’ils demandent. Des attentats ont été commis dans des marchés en plein air, des restaurants, des postes de police, des autobus et des cliniques. Lors de ces attentats imprévisibles, il arrive souvent que des passants soient blessés ou tués.

San Salvador

Il est dangereux de traverser le centre-ville historique de San Salvador (particulièrement en allant du parc Simón Bolivar à la Plaza El Zurita, et de la rue Alameda Juan Pablo II au boulevard Venezuela), car les criminels se cachent souvent dans les foules et peuvent passer à l’attaque à tout moment. Les gangs et les criminels agissant seuls qui se spécialisent dans les vols avec agression, l’extorsion et le meurtre sont actifs dans ces secteurs. Les autres quartiers de la capitale où les voyageurs courent les plus grands risques sont Soyapango, Apopa, Nejapa, Ilopango Mejicanos et Tutunichapa. On signale une augmentation du nombre d’agressions sur l’Avenida Olímpica, qui est située près de l’ambassade. Faites preuve de beaucoup de prudence, surtout les jours de paye, car de nombreuses victimes ont été agressées alors qu’elles retiraient de l’argent dans une banque des environs ou rentraient chez elles avec leur paye en empruntant les transports en commun. 

Il existe des écarts de richesse importants entre les quartiers de San Salvador et même au sein de chaque quartier. Certains quartiers sont considérés comme plus sûrs que d’autres. Évitez de traverser un quartier réputé être un fief de criminels pour vous rendre dans un quartier plus sûr. Où que vous soyez, faites preuve d’une grande vigilance et soyez sur le qui-vive. Les hôtels, en particulier les hôtels internationaux, dans les quartiers d’Escalón (Crowne Plaza), de San Benito (Hilton et Sheraton) et de Santa Elena, sont généralement des options sûres.

Frontières avec le Guatemala et le Honduras

Les régions situées près de la frontière avec le Guatemala peuvent être dangereuses en raison des guerres de territoire entre trafiquants de drogue. Bien que les Canadiens ne soient pas directement visés par ces attaques, vous risquez de vous trouver au mauvais endroit au mauvais moment si vous vous rendez à proximité de la frontière.

Des attaques et des vols qualifiés ont été signalés aux postes frontaliers, surtout du côté du Guatemala. Le passage frontalier de Las Chinamas est particulièrement dangereux : on signale de nombreux vols sur les grandes routes ainsi que des cas de piraterie routière, ciblant en particulier les véhicules immatriculés dans un pays autre que le Guatemala. Il arrive que des voleurs armés se déguisent en policiers guatémaltèques et qu’ils érigent des barrages routiers afin d’arrêter les autobus immatriculés au Salvador se dirigeant vers le Guatemala pour ensuite dévaliser le chauffeur et les passagers. Lorsque vous traversez la frontière avec le Guatemala, verrouillez vos portières, ne vous arrêtez pas aux kiosques des marchands ambulants et évitez de conduire après le coucher du soleil. Si possible, utilisez plutôt un des trois autres postes frontaliers (La Hachadura, San Cristóbal ou Anguiatú).

L’activité des gangs connaît une hausse le long des frontières nord et est avec le Honduras, et l’on signale que des membres de gangs profitent de la porosité des frontières pour aller et venir aisément et s’adonner à des activités illicites des deux côtés de la frontière. Pour entrer au Honduras, utilisez le poste frontalier d’El Amatillo le plus tôt possible dans la journée. 

Manifestations

Des manifestations et des occupations peuvent survenir en tout temps, en particulier sur les principales voies d’accès de San Salvador et autour du monument Salvador del Mundo (Plaza Las Americas), qui est le point de départ et le point d’arrivée de la plupart des manifestations et des marches. L’ambassade du Canada est située à quelques mètres de la place Salvador del Mundo. Surveillez les médias locaux pour être au courant des manifestations prévues et évitez les grands rassemblements étant donné qu’ils peuvent soudainement donner lieu à des actes de violence. La criminalité y est pour quelque chose, et souvent, un grand nombre de manifestants sont en état d’ébriété. La constitution du Salvador interdit aux étrangers de prendre part à des activités politiques. Ne participez pas à des manifestations, car vous risquez la détention et l’expulsion.

Sécurité routière

Il peut être dangereux de conduire au Salvador. En effet, les véhicules sont souvent surchargés et mal entretenus, et beaucoup de chauffeurs ne respectent pas le code de la route. Les rues sont généralement étroites, les panneaux de signalisation y sont rares et l’éclairage est insuffisant. Les routes secondaires ne sont pas éclairées du tout. En ville, les rues sont pleines de marchands ambulants, tandis que les routes de campagne sont dangereuses en raison de la présence de bétail et de piétons. Conduisez toujours de façon préventive, car les autres conducteurs peuvent avoir les facultés affaiblies par des drogues ou de l’alcool.

Il arrive que des bandits, des pirates de la route, des ravisseurs et d’autres criminels agressent les voyageurs sur les routes rurales. Évitez d’y circuler après la tombée de la nuit. Déplacez-vous en convoi plutôt que seul étant donné qu’on trouve moins de policiers dans les régions rurales et que l’assistance routière est rarement disponible. Gardez en tout temps les portières verrouillées et les vitres montées. Rangez vos effets personnels, y compris les sacs à main, en lieu sûr, à l’abri des regards. Évitez de vous arrêter pour admirer le paysage. Certaines régions rurales ne sont accessibles qu’en véhicule tout-terrain.

La plupart des postes frontaliers terrestres sont ouverts 24 heures sur 24, mais il est arrivé que certains postes ferment sans préavis. Faites en sorte de franchir la frontière assez tôt pour atteindre votre destination avant la tombée de la nuit.

Transports publics

Ne faites appel qu’à des voyagistes de bonne réputation. N’utilisez pas les autobus locaux et interurbains, car ils sont souvent peu fiables sur le plan mécanique. De plus, leurs passagers sont souvent la cible de vols à main armée.

Il est facile de se trouver un taxi au Salvador. N’utilisez toutefois qu’une compagnie recommandée par une chaîne d’hôtels reconnue et négociez le tarif à l’avance. Ne montez pas à bord d’un taxi dans une station de taxis et ne hélez pas de taxi dans la rue.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.

Randonnée pédestre

Des touristes se sont fait voler alors qu’ils escaladaient des volcans ou qu’ils se promenaient dans des endroits éloignés. Ne voyagez qu’avec des agences touristiques de bonne réputation ou des personnes qui connaissent bien la région. Ne vous promenez jamais seul sur des sentiers isolés. Assurez-vous que vos effets personnels et vos documents de voyage sont en sécurité en tout temps.

Police du tourisme

La police du tourisme (POLITUR), une division spécialisée de la police nationale, assure la présence des forces de sécurité dans les lieux touristiques et fournit une aide d’urgence immédiate aux touristes. Consultez le site Web de la POLITUR (en espagnol) pour plus de renseignements.

Renseignements généraux en matière de sécurité

Il peut être dangereux de nager dans l’océan Pacifique en raison des forts courants marins et des courants de fond. On ne trouve que peu ou pas de sauveteurs en poste sur les plages, ce qui accroît les risques. Évitez les plages isolées.

Surveillez les bulletins météorologiques, en particulier durant la saison des pluies, étant donné que des périodes de pluie prolongées peuvent accroître la hauteur des vagues le long des plages, et provoquer des inondations et des glissements de terrain. 

 Les services de téléphonie cellulaire sont généralement fiables. Il est possible d’acheter un téléphone sur place pour une somme modique à un kiosque de détaillant d’une des principales compagnies de téléphone. Cette option permet aux voyageurs de disposer d’un numéro de téléphone local en cas d’urgence.

Si vous vous faites voler, allez au poste de police. Ne vous attendez pas à recevoir de l’assistance dans la langue de votre choix, étant donné que la plupart des Salvadoriens ne parlent ni français, ni anglais.