Conseils de sécurité

Sécurité

Criminalité

Les crimes mineurs, comme le vol à la tire et le vol de sac à l’arraché, ont augmenté au cours des dernières années, particulièrement à Santiago, à Valparaíso, à Calama et à Viña del Mar. Des voleurs s’emparent de sacs à main et de petits sacs dans les halls d’hôtels et d’auberges, les lieux touristiques achalandés, le métro et les taxis, ainsi que sur le dossier des chaises dans les bars, les restaurants et les cafés très fréquentés par les étrangers. Ne faites pas étalage de richesse et ne transportez pas d’importantes sommes d’argent. Laissez vos objets de valeur, votre passeport et autres documents de voyage dans un coffre fort verrouillé à l’hôtel et ayez sur vous en tout temps une photocopie de la page d’identification de votre passeport.

Demeurez vigilant et redoublez de prudence dans les autobus, les gares routières et les aéroports, car on sait que des groupes criminels ciblent les touristes. L’un de leurs stratagèmes consiste à détourner l’attention de la victime, puis à s’emparer de ses effets. Surveillez vos bagages en tout temps en attendant un transport comme un taxi ou service de navette. Dans les autobus, évitez de placer vos objets de valeur ou vos pièces d’identité dans le coffre de rangement au-dessus des sièges; gardez-les toujours sur vous. Des touristes voyageant à bord d’autobus interurbains, particulièrement de Calama à San Pedro de Atacama ou à Antofagasta, ont dit avoir été volés pendant leur sommeil.

À Valparaíso, faites preuve d’une vigilance particulière dans la zone portuaire et dans les zones touristiques avoisinantes, car des voleurs, qui agissent souvent en groupe de deux ou plus, peuvent s’emparer de votre appareil photo ou de votre sac à main.

Il faut éviter en tout temps certains quartiers résidentiels (poblaciones), car les risques sont plus élevés. Renseignez-vous auprès de votre hôtel ou d’autres sources fiables pour savoir quelles sont les zones à éviter dans la ville où vous séjournez.

Des vols avec agression, parfois perpétrés à l’aide d’une arme, même de jour, ont été signalés dans le parc Cerro San Cristóbal, ainsi que dans d’autres parcs de Santiago et des environs. Soyez sur vos gardes dans les parcs, et évitez de vous y rendre après la tombée de la nuit.

Faites preuve de prudence lorsque vous conduisez une voiture de location à Valparaíso et à Santiago. Il arrive que des voleurs s’en prennent à des étrangers en perforant les pneus afin de faire diversion et de voler ensuite les effets personnels laissés dans le véhicule. Gardez toujours les vitres montées et les portières verrouillées. Ne laissez pas de sacs, de bagages ou d’objets de valeur dans la voiture, et surtout jamais à la vue. Même dans les quartiers aisés, il arrive souvent que des voitures stationnées dans la rue sans surveillance soient cambriolées. Les vols de véhicule ont augmenté à Santiago.

Ne laissez jamais des aliments ou des boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des inconnus. Faites attention quand on vous sert ou que l’on vous prépare une boisson, particulièrement dans le quartier Bellavista à Santiago. Méfiez-vous des aliments, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles pourraient contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

On signale régulièrement des entrées par effraction et des cambriolages dans les résidences, et ces délits sont à la hausse dans les communes de Lo Barnechea, Las Condes et Vitacura.

Les escroqueries téléphoniques sont monnaie courante au Chili. Ne donnez jamais de renseignements personnels ou financiers au téléphone et ne fournissez aucune précision quant à l’endroit où se trouvent les membres de votre famille.

Une escroquerie courante survenant dans les zones touristiques très fréquentées implique un voleur qui renverse de la moutarde ou une substance similaire sur les victimes et fait semblant d’aider à nettoyer le tout, tandis qu’un complice s'empare de leurs effets. Si cela vous arrive, refusez l’aide qu’on vous offre.

Terrorisme

Au cours des dernières années, plusieurs petits engins explosifs ont été déclenchés à Santiago, ciblant principalement les points de transfert des différents moyens de transport, les églises, les édifices gouvernementaux, les entreprises, les banques et les guichets automatiques bancaires. Le 8 septembre 2014, une explosion s’est produite près d’une station de métro, blessant plusieurs personnes. Un autre incident s’est produit le 21 février 2015 dans une église, mais aucun blessé n’a été signalé. D’autres incidents du genre pourraient survenir. Soyez sur vos gardes, faites preuve de vigilance et d’une grande prudence dans les transports en commun, et signalez aux autorités locales tout comportement ou colis suspects.

Manifestations et troubles civils

Des manifestations ont souvent lieu à Santiago et à Valparaíso, et parfois ailleurs au pays. Les manifestations étudiantes qui se tiennent de temps à autre provoquent des barrages routiers, perturbent les transports publics et donnent lieu à des affrontements avec la police. Exercez une vigilance particulière le 29 mars (Jour du jeune combatant), le 1er mai (fête du Travail) le 21 mai (Jour de la Marine et Discours presidentiel annuel au Congres), et le 11 septembre (anniversaire du coup d’État de 1973), étant donné que ces dates sont souvent soulignées par de grandes manifestations. Suivez les conseils des autorités locales et évitez les manifestations et les grands rassemblements, car ceux-ci peuvent soudainement dégénérer en affrontements violents.

Des grèves dans le secteur public sont en cours partout au pays. Attendez-vous à des retards possibles aux postes de contrôle frontaliers, aux ports et aux aéroports en raison de la grève du personnel douanier chilien. Communiquez avec votre voyagiste pour vérifier le statut de votre vol de départ et planifiez assez de temps pour vous enregistrer à l'aéroport ou au port maritime. 

Mines terrestres

Des champs délimités de mines terrestres présentent un danger dans les secteurs isolés, y compris dans les régions d’Arica, de Panicota, de Tarapaca et d’Antofagasta dans le nord du pays, près des frontières de la Bolivie et du Pérou, ainsi que dans la région de Magallanes et de l’Antarctique chilien, dans le sud du pays, près de la frontière de l’Argentine. L’emplacement des champs de mines est généralement indiqué par des panneaux de signalisation, mais ils sont parfois endommagés ou peu visibles. Informez-vous auprès des autorités locales avant de vous aventurer dans les régions moins fréquentées, ne passez que par les postes frontaliers officiels et respectez tous les panneaux de mise en garde.

Sécurité routière

Les habitudes de conduite laissent à désirer. Les accidents sont nombreux, surtout à Santiago, en raison du comportement agressif ou insouciant des conducteurs. La plupart des autoroutes sont soumises à péage. Assurez-vous d’avoir suffisamment de monnaie locale sur vous pour le péage. Ne vous aventurez pas hors des routes principales si vous conduisez une petite voiture peu équipée ou un petit véhicule de location. Certaines routes secondaires et de montagnes sont mal entretenues, mal éclairées et n’ont pas de garde-fous. La police de la circulation (les carabineros) est très présente sur les autoroutes. Gardez tous les papiers du véhicule à portée de la main. Si vous comptez voyager à l’extérieur du pays à bord d’un véhicule de location, assurez-vous d’obtenir l’autorisation écrite de l’agence de location. Vous devrez présenter la demande d’autorisation trois à cinq jours au moins avant votre départ et acquitter des frais d’administration. Si vous utilisez un véhicule appartenant à un particulier, ce dernier doit vous remettre une autorisation en bonne et due forme.

Les embouteillages sont courants aux heures de pointe dans le centre-ville de Santiago. Sur certaines grandes artères, le sens de la circulation est inversé pendant les heures de pointe du matin et celles du soir. Pour de l’information à jour, contactez la police de la circulation en composant le 139.

Taxis

Les taxis sont nombreux, relativement peu coûteux et généralement sécuritaires. Évitez d’emprunter les taxis qui ne sont pas munis d’un compteur. Si vous décidez d’en utiliser un, convenez du prix de la course avec le chauffeur avant de monter à bord, car on signale des cas de surfacturation. Réservez un taxi plutôt que d’en héler un dans la rue, surtout en fin de soirée. Les taxis munis d’une enseigne lumineuse indiquant leur destination sont des taxis collectifs (colectivos) et ils sont généralement sûrs. Ils ont un itinéraire fixe et peuvent accueillir jusqu’à cinq passagers.

Lorsque vous arrivez au pays ou que vous le quittez, faites appel aux services de taxis de l’aéroport. Il est possible de réserver et de prépayer ces services sur place.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.

Parcs nationaux  

Respectez la flore et la faune locales dans les aires protégées, même s’il n’y a pas d’avertissements ou de panneaux de signalisation à cet effet. Assurez-vous de bien comprendre les règles et règlements locaux sur les parcs avant d’entrer dans des parcs nationaux. Les personnes qui enfreignent les règles des parcs, surtout dans les aires protégées, peuvent être passibles de peines sévères. Pour obtenir plus d’information, consultez la Corporación Nacional Forestal (CONAF) (en anglais ou en espagnol). Consultez Lois et coutumes pour en savoir plus.

Tourisme d’aventure

Les visites de volcans, les expéditions dans le désert, les croisières, le vélo de montagne et autres activités d’aventure ne devraient être organisés qu’avec une entreprise bien établie et qui est assurée. Les dispositifs de sécurité dans les véhicules et les petits bateaux utilisés pour les excursions sur les rivières et les lacs ne sont pas toujours fiables. Si vous avez le moindre doute quant à la sécurité des installations et du matériel, évitez de les utiliser. Assurez-vous que vos activités récréatives sont couvertes par votre assurance-voyage.

Si vous vous proposez de faire une randonnée en montagne :

  • ne partez jamais seul;
  • engagez toujours un guide expérimenté travaillant pour une entreprise de bonne réputation;
  • inscrivez-vous toujours auprès des gardiens du parc lorsque vous entrez dans un parc national;
  • confiez une copie de votre itinéraire à la police ou à d’autres autorités locales, ainsi qu’à un membre de votre famille ou à un ami, même si vous voyagez en compagnie d’un guide professionnel;
  • souscrivez une assurance voyage qui comprend le sauvetage et l’évacuation médicale en hélicoptère;
  • assurez-vous d’être suffisamment en forme pour relever les défis de votre activité;
  • soyez au courant des symptômes du mal aigu des montagnes (qui peut être mortel), en particulier pour les enfants;
  • prévoyez des vêtements adaptés aux variations de température le jour et la nuit;
  • inscrivez-vous auprès du Service d’inscription des Canadiens à l’étranger.
  • obtenez des renseignements précis sur les pistes de randonnée avant de partir et restez sur les sentiers établis.

Renseignez-vous sur les dangers locaux et les conditions météorologiques avant votre départ. Le Service chilien des forêts (en espagnol) fournit des renseignements sur les parcs et les aires de nature sauvage de tout le pays, et les prévisions météorologiques sont diffusées sur le site Web du Service météorologique du Chili (en espagnol). 

Si une personne se blesse ou disparaît, appelez immédiatement la police en composant le 133.

Région de l’Araucanie

Certains éléments de la communauté mapuche, le plus important groupe autochtone du pays, sont impliqués dans un conflit relatif à l’utilisation des terres et aux droits des peuples autochtones au Chili. Au cours des dernières années, on a signalé plusieurs actes de violence de nature politique dans la région de l’Araucanie, dans le sud du Chili. Ces attaques ciblaient des multinationales de l’industrie forestière et des propriétaires fonciers chiliens. Les Canadiens et autres citoyens étrangers n’ont pas été touchés directement. Faites toutefois preuve de prudence si vous voyagez dans cette région. Il est d’ailleurs recommandé de voyager pendant la journée.